1650

1650

Il n'est pas étonnant d'observer tant d'humoristes canadiens-français considérant l'héritage de la tradition orale qui remonte à l'époque de la Nouvelle-France. Les conteurs qui animaient les longues nuits d'hiver sont en quelque sorte les premiers humoristes canadiens.

1837

1837

Le Fantasque est le premier journal humoristique canadien, fondé par Napoléon Aubin, calviniste d'origine suisse, le premier août 1837 à Québec, au moment de la rébellion des patriotes au Bas-Canada

1849

Rires du monde

1849

L'artiste et graveur J. Walker est le premier caricaturiste canadien qui fait paraître ses premières illustrations dans le premier journal satirique anglophone canadien, le Punch in Canada en janvier 1849.

1864

1864

Le sculpteur Jean-Baptiste Côté figure parmi le premier francophone à signer ses féroces caricatures politiques, opposées à la Confédération, en 1864. En 1866, il est emprisonné pour avoir illustré la paresse des fonctionnaires à travers son personnage de Pacôt. Il demeure toujours le premier et le seul à avoir vécu cet outrage.

1870

Rires du monde

1870

Au 19e siècle, les humoristes ne se réalisent pas sur la scène, mais dans les pages de journaux satiriques qui pullulent au Canada : Le Charivari canadien, Punch in Canada, La Scie, The Saw, Le Canard, Le Castor, Le Scorpion, Le Violon, Le Farceur, etc

1877

1877

Le journaliste et humoriste, Hector Berthelot, est considéré comme le premier humoriste de métier au pays. Il fonde un journal humoristique à Montréal qui connaîtra une grande popularité, Le Canard, en 1877, soit 38 ans avant Le Canard enchaîné en France.

1878

Rires du monde

1878

En 1878, l'humoriste et journaliste Hector Berthelot crée un personnage comique qui deviendra très populaire: Baptiste Ladébauche. Archétype du Canadien français et vieux paysan portant la tuque et la ceinture fléchée, incarnation du bon sens populaire, lucide, patriote, ratoureux au langage pittoresque, il sera repris sous la plume de l'humoriste Albéric Bourgeois qui en fera son pseudonyme pour commenter l'actualité et faire la leçon aux dirigeants qu'il visite à l'occasion.

1896

1896

Au tournant du 20e siècle, l'un des premiers à écrire des monologues est le premier écrivain franco-ontarien Régis Roy, auteur de nombreuses comédies et de romans.

1900

1900

Les masses populaires assistent en grand nombre aux premiers spectacles burlesques de troupes provenant du nord des États-Unis, au tournant du 20e siècle. Comme le jeu repose sur du slapstick, les Francophones peuvent saisir sans mal les situations comiques.

1904

Rires du monde

1904

Albéric Bourgeois (1876-1962) est un monument de l'humour au Canada-français. Premier bédéiste de langue française (Les Aventures de Timothée, 1904), créateur d'une panoplie de personnages comiques, premier caricaturiste à vivre de cette profession dans un quotidien francophone ( 50 ans à La Presse), auteur de chroniques hebdomadaires humoristiques, de revues d'actualité dans les salles de théâtres et chansonnier. Ouf!

1920

1920

La population francophone étant en croissance à Montréal, les comédies burlesques se francisent au cours des années 1920. Les comédiens utilisent encore l’anglais, mais réservent le punch au public francophone!

1920

Les comédiens Paul Coutlée et Jules Ferland comptent parmi les monologuistes les plus populaires et sont les premiers à publier des recueils de monologues pendant les années 1920.

1920

Au cours années 1920 jusqu'à la fin de la prohibition aux États-Unis en 1933, les night-clubs sont florissants sur la rue St-Laurent à Montréal. On y retrouve des numéros comiques et le maître de cérémonie anime la soirée en présentant les artistes et en racontant des blagues.

1930

1930

Nous devons au directeur de troupes Arthur Pétrie et grand comique d'origine franco-ontarienne Olivier Guimond père, les premières comédies jouées entièrement en langue française, à partir de 1930.

1930

La pièce burlesque repose sur un canevas sommaire qui décrit simplement la trame de l'histoire et les personnages sont distribués aux acteurs parfois quelques minutes seulement avant la présentation! La plupart des répliques sont donc improvisées.

1930

Malgré la crise économique et l'avènement du cinéma, le succès populaire du théâtre burlesque ne se dément pas. On s'adapte en proposant un prix d'entrée très modique (20 cent!), la présentation de films et des tirages de rôties de porc pour le public au ventre creux!

Rires du monde

1930

Au cours des années 1930, la chanteuse populaire originaire de Gaspésie, Mary Travers, alias La Bolduc, devient la première auteure-compositrice-interprète du Canada français. Ses chansons entraînantes et aux paroles amusantes commentant l'actualité et le quotidien des ouvriers et chômeurs se présentent comme un exutoire.

1930

Au cours années 1930 et 1940, Émile Coderre, un pharmacien, connaît un vif succès avec son pseudonyme Jean Narrache, premier monologuiste de la radio. Il fait paraître des poèmes populaires empreints d'ironie et de satire pour le compte des laissés pour compte.

1932

Rires du monde

1932

Olivier Guimond fils fait son entrée sur scène en 1932 et est appelé Ti-Zoune junior. Il est aussi remarquable que son paternel pour ses grimaces, prouesses acrobatiques, imitation du gars ivre et son sens de la répartie.

1936

Rires du monde

1936

En 1936, Rose Ouellette, célèbre comique répondant au nom de La Poune, alors une jeune veuve, prend les rennes du théâtre National et devient la première directrice artistique d'un théâtre dans l'histoire du pays.

1936

De 1936 à 1953, le théâtre National fait salle comble sept jours sur sept!

1938

Rires du monde

1938

Fridolin tisse un lien identitaire très fort avec son public et popularise le monologue qui devient un moment attendu du spectacle et influencera bon nombre de monologuistes qui reposeront leurs créations sur des personnages.

Rires du monde

1938

De 1938 à 1946, Gratien Gélinas présente ses formidables revues, Les Fridolinades. Le pivot des revues demeure son personnage de gamin gavroche, Fridolin, qui organise et présente son spectacle dans la cour arrière.

1947

1947

En 1947, l'ouverture du Faisan doré sur St-Laurent annonce l'essor des cabarets francophones qui feront les belles nuits de Montréal jusque dans les années 1960 et d'où naissent de nombreux artistes comiques, notamment l'animateur et chansonnier Jacques Normand, les comédiens Paul Berval, Gilles Latulippe, Dominique Michel, Denise Filialtreault, les fantaisistes les Jérolas, les monologuistes le Père Gédéon et Gilles Pellerin.

1950

1950

Le théâtre burlesque connaît un net déclin à partir de l'après-guerre, causé notamment par l'apparition de cabarets francophones, de la télévision (1953) et d'autres formes d'humour prisées par les nouvelles générations.

1950

Au cours des années 1950, Gilles Pellerin, le faire-valoir de Jacques Normand sur la scène des cabarets, devient le premier monologuiste de la télévision avec son personnage de Roland, un modeste ouvrier

1953

1953

Au début de la télévision, l’humour se retrouve dans des émissions de variétés directement inspirées des spectacles de cabaret avec les mêmes artistes, la grivoiserie en moins.

1957

Rires du monde

1957

En 1957, l'animateur Jacques Normand présente au cabaret St-Germain-des-Prés, Clémence Desrochers, qui interprète son premier monologue. Elle devient la première monologuiste et humoriste féminine du Canada français.

1960

1960

Au cours des années 1960, Jean-Guy Moreau devient le premier véritable humoriste imitateur du Canada français dont le talent est endisqué à plusieurs reprises. En 1977, il présente son premier one man show, Mon cher René, c’est à ton tour, à la fois parodie et hommage du premier ministre René Lévesque.

1961

Rires du monde

1961

À partir de 1961 et jusqu'en 1972, le premier groupe d'humoristes du Canada-français, les Cyniques, marqueront leur public par leur humour sans censure, décapant, subversif, engagé, anticlérical, libre, politique et participent à leur manière à la Révolution tranquille qui provoque de grands changements au Québec.

1963

1963

En 1963, le duo Les Jérolas, composé de Jean Lapointe et Jérôme Lemay, est invité au Sullivan Show.

1965

1965

En matière de comédie, la télévision canadienne emprunte beaucoup aux États-Unis et les sitcoms deviendront la norme. En 1965, Olivier Guimond tient la vedette dans l'un des premiers sitcoms canadiens-français, Cré Basile, directement inspiré du sitcom américain The Honeymooners.

1966

Rires du monde

1966

De 1966 à 1971, Radio-Canada diffuse Moi et l'autre mettant en scène deux colocs célibataires délurées jouées par Dominique Michel et Denise Filiatrault qui marquent une rupture avec la figure de la femme et mère au foyer.

1967

Rires du monde

1967

En 1967, le comédien Gilles Latulippe fait renaître le théâtre burlesque en fondant le théâtre des Variétés sur la rue Papineau à Montréal. Lorsque les Burlesquers , les seuls à connaitre les canevas, mourront, Latulippe modifiera la formule en écrivant ses propres comédies.

1968

1968

En décembre 1968, Radio-Canada instaure une tradition alors unique dans le monde : la revue humoristique Le Bye bye.

1968

En 1968, le comédien Yvon Deschamps présente son premier monologue L'Union qu'osse ça donne à l'intérieur du spectacle musical mythique L'Osstidcho composé aussi de Robert Charlebois, Mouffe et Louise Forestier. Ce monologue deviendra célèbre et annonce le grand satiriste et ironiste engagé que deviendra Deschamps.

1969

Rires du monde

1969

En 1969, Yvon Deschamps monte seul sur scène et pour la première fois de l'histoire, le monologue constitue un spectacle à lui seul. Raison pour laquelle les humoristes du Canada français le percevront comme le père des humoristes.

1973

1973

En 1973, l'émission radiophonique Le Festival de l'humour qui sévira dans toute la province du Québec jusqu'en 1993, fracassant tous les records de cotes d'écoute, fait ses débuts avec Pierre Labelle, Tex Lecor, Louis-Paul Allard et Roger Joubert.

1973

En 1973, le comédien Marc Favreau présente pour la première fois sur scène son personnage d’auguste clown, le clochard Sol, issu de la télévision pour enfants en 1958. Il devient maître dans l’art du jeu de mots et du calembour et influencera bon nombres d’humoristes.

1977

Rires du monde

1977

En 1977, Robert Gravel et Yvon Leduc fondent l'unique Ligue nationale d'improvisation (LNI) qui allie hockey et théâtre. Elle servira de tremplin à de nombreux comédiens et humoristes.

1978

Rires du monde

1978

En 1978, Marc Favreau (Sol) est le premier humoriste canadien à faire une percé remarquée en Europe francophone.

1979

Rires du monde

1979

En 1979, Jacques Hurtubise comble un vide en fondant le magazine humoristique Croc qui fera rigoler par sa satire cinglante, son humour absurde et ses personnages de BD comme Michel Risque et Red Ketchup.

1981

1981

En 1981, le groupe d'humoristes Rock et Belles oreilles fait ses débuts à la radio communautaire.

1983

Rires du monde

1983

En 1983, l'avocat Gilbert Rozon fonde le Festival Juste pour Rire et, en 1985, sa version anglophone Just for Laugh. JPR (Groupe Rozon) deviendra une entreprise florissante et unique dans le monde, à l'origine d'une industrie de l'humour.

1983

En 1983, Claude Meunier et Serge Thériault s'inspirent de la formule du comedy club californien en fondant Les Lundi des ha ha au Club Soda. Ils incarnent le duo Ding et Dong qui animeront les soirées d'humour absurde d'où naissent de nombreux humoristes, notamment Daniel Lemire, Michel Barrette, Louise Richer, Michel Courtemanche, Pierre Verville et l'imitateur André-Philippe Gagnon…

1986

1986

En 1986, RBO font leur premier saut remarqué à la télévision et à la manière des Cyniques, ils marqueront toute une génération par leur humour, à la fois subtil et vulgaire, satirique, absurde, subversif avec des personnages cultes (la famille Slomeau, M. Caron, etc.). Ils deviendront les maîtres de la parodie (artistes, chansons, émissions, pubs) et les Beatles de l'humour en produisant d'excellentes chansons humoristiques.

1988

1988

En 1988, afin de répondre à l’éclosion de l’humour et venir en aide aux artistes qui aimeraient faire carrière dans ce milieu, Gilbert Rozon prend l’initiative de fonder l’École nationale de l’humour dirigée par Louise Richer qui assurera une formation solide et devenu réputée, unique dans le monde. Elle compte aujourd’hui plus de 500 diplômés.

1990

Rires du monde

1990

En 1990, les auditeurs canadiens entendent pour la première fois la capsule Les deux minutes du peuple écrite et interprétée par François Pérusse. Ces capsules radiophoniques caractérisées par un humour absurde truffé de jeu de mots et de calembours seront aussi diffusées en France et en Belgique.

1990

À partir des années 1990, les humoristes du Canada français délaissent quelque peu les personnages et l’humour absurde caractéristiques des années 1980 pour épouser un style stand up à l’américaine comme Jerry Seinfeld avec un humour anecdotique, centré sur le quotidien et la sphère privée et intime.

1993

1993

En 1993, Claude Meunier et Serge Thériault transposent à la télévision de Radio-Canada leurs personnages de scène Moma et Popa. Parodie du sitcom, satire de la famille, textes à la redoutable efficacité comique, humour absurde, La Petite vie fracasse les cotes d'écoute toujours inégalées avec plus de quatre millions de téléspectateurs.

1999

1999

En 1999, le milieu de l'humour récompense ses artistes lors du Gala des Oliviers, en l'honneur d'Olivier Guimond.

2006

2006

En 2006, les capsules humoristiques du site Web Les Têtes à claques caractérisées par ses personnages d'abrutis et un comique de situation attirent autant le public qu'une émission de télévision populaire. Le monde de l'humour est entré dans l'ère Internet avec des créations originales essentiellement diffusées sur la Toile.